Accueil > News > TRACTEURS > Un chenillard taillé pour la vigne

Un chenillard taillé pour la vigne

Publié le :

Voir toutes les images

 Un chenillard taillé pour la vigne  Un chenillard taillé pour la vigne  Un chenillard taillé pour la vigne  Un chenillard taillé pour la vigne  Un chenillard taillé pour la vigne  Un chenillard taillé pour la vigne  Un chenillard taillé pour la vigne  Un chenillard taillé pour la vigne  Un chenillard taillé pour la vigne  Un chenillard taillé pour la vigne

Il se murmurait dans les allées de la Foire de Châlons en Champagne, fin août 2010 qu'un viticulteur avait jeté son dévolu sur le John Deere 8295RT exposé sur le stand de la GAME, concessionnaire régional. Un chenillard dans les vignes champenoises? Quelle curieuse idée! Personne à l'époque ne semblait savoir réellement ce qui allait advenir de ce mastodonte de 300 chevaux, jusqu'à ce que son propriétaire, Jean Daniel Dommange nous le présente en action et argumente sur ses choix.

Nous avions rencontré cet agriculteur, également viticulteur dans les côteaux Vitryats en zone d'appellation Champagne un beau jour de printemps 2003. A l'époque, il recherchait déjà des solutions astucieuses pour réaliser l'ensemble des opérations culturales et d'entretien des vignes en puisant davantage dans la mécanique agricole que viticole. "Pour des raisons de fiabilité, de durabilité et donc de coût.", souligne-t-il. Pendant une décennie, il réalise divers engins de manutention et un enjambeur multifonctions sur bases d'ensileuses John Deere ainsi qu'un enjambeur doté de roues de très grand diamètre sur la base d'un John Deere 4440. "L'intérêt d'utiliser du matériel John Deere, c'est que nous pouvons accéder à une base de pièces et les commander sur internet facilement. Il n'y a jamais de soucis d'approvisionnement des pièces."

Toujours en quête de l'engin parfait et après de longues années de réflexion il s'intéresse au 8RT. John Deere le propose pour la première fois avec sa transmission à variation continue Autopower, une aubaine concidérable puisqu'elle se prête bien aux applications spécifiques d'un automoteur, notamment à basse vitesse. "J'avais pensé un moment à la série 8030 à roues, mais la modification nécessitait d'intervenir sur la partie mécanique du tracteur". Grâce au concept du 8RT, Jean Daniel Dommange n'est finalement intervenu que sur le support des chenilles, alors rehaussé de 93 cm. Les chenilles d'origine étant trop courtes, c'est chez Challenger qu'il a trouvé une nouvelle référence, habituellement montée sur des tracteurs de 500 chevaux. Un comble pour un John Deere d'être chenillé par la concurrence! "J'ai du raboter les crampons car ces chenilles étaient trop agressives pour passer dans nos vignes enherbées". Pour équilibrer l'appareil dans les montées, deux roues suiveuses sont guidées hydrauliquement en fonction de la sollicitation de la direction différentielle et les bras de relevage ont été remplacés par des modèles plus longs afin d'atteler les outils à l'arrière. Particularité de ce 8295RT vigneron, un chargeur autrefois frontal a été raccourci puis monté latéralement. Il permet d'entrainer hydrauliquement les outils grâce aux distributeurs électro-hydrauliques commandés via la Command Arm. Cependant, Jean Daniel réfléchit à l'adaptation d'un second chargeur à gauche afin profiter pleinement du débit hydraulique et donc de la puissance de son appareil.

Quid de l'utilisation d'un tel tracteur? Celui-ci est utilisé pour le broyage des sarments, aux traitements avec un module de pulvérisation à diffuseurs Tecnoma, avec un distributeur d'engrais, une tondeuse et lors des désherbages localisés. La plage d'utilisation est aussi large que l'appareil n'est haut! "Cette évolution a également l'avantage d'être réversible, notamment en cas de revente." conclut-il en nous indiquant à demi-mot qu'il réfléchit déjà à l'étude d'un modèle de puissance plus faible, cette fois-ci à roues.

Article rédigé par :

Dernières vidéos

Essai JOHN DEERE 8400R

Dernières photos

Dameuse Pistenbully 600E+